Rose des Vents Montpellier


 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mayjordane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Artho
Aventurier(e) Béni(e) des Dieux
Aventurier(e) Béni(e) des Dieux
avatar

Masculin
Nombre de messages : 174
Emploi/loisirs : Explorateur
Coups critiques : 198
Date d'inscription : 12/01/2016

MessageSujet: Mayjordane   Jeu 12 Jan - 19:37

Nous connaissons aujourd'hui assez bien la jeunesse du Duc de Rougemont. Après avoir parlé de son enfance dans le premier article, je dressais ici la liste des événements qui ont amené Mayjordane, un adolescent puîné d'une petite noblesse cyréenne, à devenir un Baron apprécié du Prince.
Comme nous l'avions explicité précédemment, son premier frère reçu une éducation militaire et de cours, le second entra à l'église de l'Ost Souverain et sa grande sœur alla se former à l'école de Metrol. Mayjordane arriva quant à lui à l'Université au début de l'été 974. Il comprit rapidement que la quiétude des bancs universitaires ne convenait pas à son truculent fessier. Il brilla par son absence aux cours magistraux, mais réussi quand même par quelques combines – déjà à l'époque – à gravir les échelons des diplômes.
Ses heures en dehors des cours ont permis d’incroyables découvertes sur le plan social ainsi qu'une bonne compréhension – de terrain il faut le dire – du système de faveurs, de dettes d'honneur et de service rendus. Aux premiers temps de son passé de canaille, Mayjordane travailla pour le clan des Boromar (clan gnomique et familiale contrôlant l'immense majorité de la ville de Sharn au crépuscule de la première guerre de succession du Galifar). Son vrai grand amour pour le milieu interlope se révéla à lui grâce aux Tyrans. Les Tyrans n'étaient à l'époque qu'une guilde naissante composée uniquement de change-formes. On ne reviendra pas ici sur cette guilde et sur l'ascension qu'on lui connaît.
Mayjordane se remémorait, dans ses lettres futurs à la Marquise de Froidecombe : « Il existait à l'époque une ambiance folle où tout était plaisir, luxure et intrigues. Nous n'avions que l'idéale du lendemain qui chante et la passion des secrets. J'ai contemplé la chute de Possédants et de Gens de Biens par l'unique et cruelle détention d'une vérité. Nous créions petit à petit un mouvement, lent mais puissant, qui ne saura être brisé. ».
Nous comprenons dès lors l'intérêt réciproque que pouvait partager un noble peu scrupuleux mais d'une loyauté féroce et une maison d'espion. J'en profite ici pour rappeler à mes lecteurs que je ne crois pas dans la thèse voulant que Mayjordane eu été assassiné par les Tyrans et remplacé par une marionnette. Je crois que les nombreuses preuves factuelles (celles notamment offertes par la magie nécrotique de recherche) et les 'trop' nombreux débats que nous avions eu avec Monsieur ir'Liobsian peuvent suffire aux lecteurs passionnés du sujet.
L'enracinement sharnien de Mayjordane durera vingt-quatre années. Vingt-quatre ans durant lesquelles il fera tout pour renforcer son importance, lui le quatrième enfant d'une baronnie presque quelconque du Cyre. Il comprenait que le pouvoir qui lui avait échappé, de par sa naissance, il pouvait le regagner dans la métropole du Galifar. Je ne pense pas, comme d'autres, qu'il avait prévu à l'époque quelconques accidents à ses frères et sœur. Ses actions par la suite ont démontré qu'il avait une réel foie dans les « liens du Sang et de l'Âme » comme il aimait à le rappeler.
Je ne le qualifierais pas pour autant comme loyale, au sens stricte du terme. C'était un filou, il faut bien le rappeler. Ses positions antiguerre, très avant-gardistes il en est, avaient certes profondément marqués les esprits. Il faisait parti de ce faible courant qui, dix ans avant le Deuil, prônait une résolution pacifiste du conflit. Cependant, j'ai l'ultime conviction que ce n'était qu'un placement politique, sentant le conflit s'essouffler. Dois-je d'ailleurs rappeler qu'il était à la même époque Intermédiaire d'Intendance pour le Cyre – c'est à dire agent de terrain pour l'armée du renseignement cyrien – et que des paroles rapportées de deuxième bouche lui attribuaient les mots : « Ma tâche est la démotivation du peuple de Brélande et la remotivation de nos frères déserteurs ».
Nous pouvons aussi nous arrêter sur les soupçons l'identifiant comme l'Étoile de Menthis. Le célèbre tueur en série du quartier sharnien nommé Plateau de Menthis qui sévit dans les années 988-991. Une série de quatorze meurtres reste inexpliquée durant cette période. Le mode opératoire est toujours le même : une violence inouïe s'abat sur la victime, toujours un homme, durant laquelle la tête, le cœur et les couilles sont éclatés à grand coup de marteau, où plus vraisemblablement à coups de morgenstern, d'étoile du matin. Les seuls doutes existants contre lui étant ses paroles troublantes lors d'un banal dîner mondain. Il révéla à l'époque que toutes les victimes de l'Étoile de Menthis étaient soient des violeurs soit des pédophiles. L'exposition de ce fait, qui n'était pas à l'époque ni prouvé ni même connu, marqua les mémoires. Mayjordane pu cependant prouver son innocence par ses alibis et, il faut bien le dire, son cruel manque de technique de combat.
Peu avant la fin de la guerre, Mayjordane se lit d'amitié avec un jeune guerrier de la famille d'Cannith. D'après quelques sources, Mayjordane use de son influence pour obtenir quelques services en faveurs de ce jeune homme. Il retrouvera le façonneur Cannith quelques années plus tard à Nouveau Cyre au début d'une quête que je détaillerais plus longuement dans un autre article.

À Sharn, il connu bien entendu de nombreuses femmes. C'était, selon les contemporaines de l'époque, « un homme étrangement magnétique, sortant des canons de beauté traditionnels, mais possédant un charme certain. ». Je cite ici la Demoiselle ir'Daren qui, il faut bien le dire sans être irrespectueux envers sa personne, avait une bonne expertise du sujet. Après quelques amourettes de jeunesse, le brave Mayjordane tomba profondément amoureux de Lizandra, qui deviendra par la suite la mère de ses enfants et bien sûr la Duchesse de Rougemont. Je reviendrais dans mes articles prochains sur ce lignage hors du commun.

Je crois pour l'instant avoir fait le tour du personnage au moment du Deuil. Filou, très proches des Tyrans, agitateur public antiguerre, une petite notoriété dans les sphères des intellectuelles et dans celles de la petite noblesse sharnienne, tel était notre homme en 994, au moment historique du basculement.
Les événements de 994 bouleverse bien entendu énormément de variables. Premièrement, Mayjordane est réellement affecté par la perte de sa famille et ses proches. Je crois sincèrement qu'il y a eu à ce moment un brisement dans son affect. Non pas, comme le prétendent quelques collègues mal avisés, parce qu'il y a vu une possibilité de récupération de son titre de Baron, mais bien car une tristesse incommensurable lui déchira le cœur. Je pense que ce deuil personnel est devenu un moteur puissant pour Mayjordane, expliquant en grande majorité ses choix futurs.
Deuxièmement, Mayjordane – dois-je le rappeler – n'était à ce moment plus noble de rien. Il perdu à l'époque un grand nombre de ses amis et de sa renommée. Cela a eu l'effet de cristalliser son cercle de proche et de radicaliser ses positions. On le voit par la suite, Mayjordane, à partir de 994, créer distinctement deux groupes de personnes, celles ayant sa confiance et celles ne l'ayant pas (ou plus). Et je peux affirmer qu'il ne fallait mieux pas à l'époque se trouver sur son chemin si vous n'aviez ni sa confiance ni un rapport de force suffisant.
Troisièmement, Mayjordane à totalement loupé ce virage et l'occasion de sa vie. Sans doute apeuré par la suite des événements et surtout beaucoup trop inconsolable pour réfléchir posément, il ne va pas à Wroat. Le Roi Boranel réuni à l'époque rapidement la quasi-totalité des nobles pacifistes, il fait union et impose un traité de paix au reste du Khorvair. Mayjordane, à ce moment, aurait pu se positionner comme émissaire des survivants cyréens de façon quasi incontestable en vue de ses positions antiguerre connu depuis une dizaine d'année et en vue également de son titre de Baron qu'il aurait pu légitimer dès 994. Mayjordanne reste paralysé dans son cocon sharnien qui s’effrite chaque semaine un peu plus. Il mettra presque quatre ans pour négocier son titre – au combien affaibli – et pour répondre à l'appel du Prince Oargev ir'Wynarn. Il arrive au nouveau Cyre dépourvu de toute gloire, relativement pauvre, mais avec un noyau dur d’alliés qu'il aura la sagesse de conserver et d'agrandir. C'est à partir de là que la véritable légende de celui qui sera le Duc de Rougemont commence.

_________________
Choisissez vos armes, je recommande la guitare électrique et la contre-basse : Aermornion

http://agartha-belfort.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://agartha-belfort.com/
 
Mayjordane
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rose des Vents Montpellier :: Les tables de jeux en cours :: Fantasy Craft - Dans le monde d'Eberron-
Sauter vers: